L’Espace Agora

Une offre modulaire autour de thèmes-clés

Les agoras qui ponctueront ces deux jours réuniront les parties prenantes de l’Union et favoriseront les interactions entre les congressistes, autour de questions d’actualité, d’innovations, de partage d’expériences et de convictions.

Deux temps d’agoras sont programmés :  l’un pour construire des positions, l’autre pour échanger, s’informer et débattre.

 

Programme susceptible d'évolutions et de compléments








1 - Quelle place pour la prévention dans les pratiques associatives et les politiques de la lutte contre la pauvreté ?

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Les associations qui se sont créées pour « lutter contre la pauvreté », depuis des décennies, parfois des siècles, restent aujourd’hui marquées par cette histoire, qui s’attaque à la pauvreté une fois qu’elle est installée. Comment faire en sorte que les associations se donnent comme objectif de  lutter contre l’apparition de la pauvreté ? Faut-il changer  l’objet de nos associations, pour axer l’action sur la prévention de la pauvreté ? Comment agir pour davantage  prévenir ?
Il en va de même des politiques publiques de lutte contre la pauvreté. Elles sont essentiellement à visée curative.  Nous ne savons pas faire de prévention efficace en France. N’est-ce pas la raison de l’échec des politiques de lutte contre la pauvreté ? Faut-il désormais les axer beaucoup plus sur la prévention de l’installation de la pauvreté ? Comment ? L’agora s’attachera à réfléchir à ces problématiques à partir d’expériences concrètes.

  • Franck Dubois, Responsable adjoint du département « Solidarités familiales » du Secours Catholique

Animation :  François Soulage, Président du Collectif ALERTE


2 - Comment lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé ?

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Dans son rapport sur la Stratégie Nationale de Santé, le Haut Conseil de la Santé Publique reconnaît ne pas avoir investi jusqu’ici la question des inégalités territoriales de santé, et  souligne son absence à l’agenda politique, en dépit des nom-breux travaux pointant leur persistance. La ministre des Solida-rités et de la Santé, Agnès Buzyn, a rendu public un « Plan  d’accès aux soins » le 13 octobre 2017.
La définition des « déserts médicaux », au sein de ce plan, fait craindre une augmentation des inégalités sociales de santé, faute de prise en compte de la situation socio-économique de la population. Comment lutter à la fois contre les inégalités sociales ET territoriales de santé ? Les associations construisent des réponses innovantes pour réduire ces inégalités. Les participants seront invités à échanger sur les solutions apportées à cet enjeu majeur de santé publique.

  • Céline Laurenson, Coordinatrice de la mission de médiation en santé en zone rurale dans les Combrailles (Auvergne) – Médecins du monde ; Christine Tellier, membre du Bureau de la Fédération Addiction et du Bureau de l’Uniopss ; Christine Audion Mortier, administratrice de C3SI et directrice du centre de santé Soin Santé à Saint Père en Retz

Animation : Laurie Fradin, Conseillère technique, Uniopss


3 - La participation des personnes : une source d’énergie renouvelable pour l’action sociale

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

La participation des usagers est au cœur des évolutions  législatives de ces vingt dernières années, ce que confirme la loi de modernisation de notre système de santé qui renforce les droits et la place des personnes accompagnées. À partir de paroles d’usagers, cette agora, portée par les associations regroupées au sein de l’Uriopss Centre, montrera que la participation des personnes repose sur des solutions concrètes et pragmatiques. Elle valorisera les initiatives des structures de la région, notamment celle de l’APF Centre Val-de-Loire au titre du Comité d’Entente Régional, du CRPA porté par la Fédération des acteurs de la solidarité, ainsi que des actions pilotées par l’Uriopss, telles que la formation sur la participation dédiée aux professionnels.

  • Cédric Roully (Représentant personnes accompagnées) Centre Régional des Personnes Accueillies Centre-Val de Loire (CRPA Centre-Val de Loire ; Valérie Larmignat, Responsable des pôles Formations continues et Développement VAE et Bilan de compétences, ERTS - Ecole Régionale du Travail Social ; Emeric Offenstein – Responsable de formation en ergothérapie et doctorant, IRFSS Centre Val de Loire Croix Rouge Française (Institut Régional de Formation Sanitaire et Social) ; une personne accueillie dans un établissement ou un service pour personnes handicapées.

Animation : Pascal Usseglio, APF


4 - Choisir et accéder à son lieu de vie quel que soit son niveau d’autonomie : quels enjeux, quels freins à lever ?

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Chaque personne âgée, chaque personne handicapée, doit avoir la possibilité de vivre dans notre société avec la même liberté de choix que les autres personnes, donc avoir accès à l’ensemble des biens, services, activités et décider où et avec qui elle va vivre. À domicile, dans des formules inter-médiaires, inclusives ou en établissement, les associations de solidarité mettent en place des actions concrètes pour accompagner à l’autonomie et la citoyenneté et permettre à chacun d’accéder au lieu de vie de son choix.
Pour autant, que ce soient pour des raisons financières,  d’absence d’offre suffisante ou encore d’un environnement inadapté sur un territoire, nombre de personnes âgées ou de personnes en situation de handicap se voient imposer leur lieu de vie. Des représentants d’associations membres de la commission Autonomie et Citoyenneté des personnes âgées et des personnes handicapées de l’Uniopss interrogeront des personnes concernées, mettront en avant différentes initiatives afin d’identifier les enjeux, freins et leviers.  Permettre à chacun de choisir et d’accéder à son lieu de vie, quel que soit son niveau d’autonomie, constitue en effet un enjeu de société.

  • Murielle Chauvel, Directrice adjointe de la Direction du développement et de l’offre de service, APF ; Anne Sémard, Directrice adjointe, Soliha Centre Val de Loire

Animation : Laurène Dervieu, Conseillère technique, Uniopss ; Jean Jallaguier, Conseiller technique, Uriopss Auvergne-Rhône-Alpes.


5 - Vers une Europe sociale et politique ? Quelle place pour les associations de solidarité dans l’Europe sociale ?

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Création du socle européen des droits sociaux après une vaste consultation européenne, publication par la commission d’un document de réflexion sur l’avenir de l’Europe sociale, prochaine initiative sur la protection sociale, conférence de Bratislava sur l’économie sociale… les initiatives qui se  multiplient ces derniers mois semblent dessiner un  « moment  social » pour une Europe en reconquête de sens et de popularité. Quelles conséquences de ces décisions sur nos modèles de protection sociale ?
Plus concrètement, l’enjeu pour notre mouvement, par rapport aux services sociaux que nous portons, réside dans une frontière complexe entre ce qui relève de la notion de service d’intérêt général à caractère social - mais suppose un mandatement clair, des obligations de service public réelles et une subvention compensant seulement ces obligations - et ce qui relève pleinement du marché, des règles du traité et de la concurrence, ce qui permet alors de rester dans une  logique d’autonomie par rapport à la puissance publique. Comment situer les associations de solidarité dans ce prisme ? Quelles en seraient les conséquences concrètes ?

  • Sofia Fernandes, Chercheuse senior sur les questions économiques et sociales à l’institut Jacques Delors ; Laure Chareyre, Directrice de l’Uniopss Auvergne Rhône-Alpes et Présidente de la commission Europe et International du Conseil Supérieur de l’Économie sociale et solidaire ; Jean-Pierre BULTEZ, administrateur Uriopss Hauts de France Nord Pas-de-Calais et membre de la plateforme AGE

Animation : Morgane Dor, Conseillère technique, Uniopss


6 - Les politiques nationales familiales et l’accueil du jeune enfant

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Le modèle national d’accompagnement et de soutien aux familles est régulièrement réinterrogé, notamment dans la sphère politique. Son efficacité, pourtant reconnue sur le plan international, et ses principes font débat. Sommes-nous à l’aune d’une refonte de la Branche Famille de la  Sécurité Sociale ou doit-on au contraire réaffirmer les fondements et les principes de la protection sociale des familles ? Dans cet échange, il sera nécessaire d’évoquer les rôles et responsabilités de chacun : quelle place pour les individus, l’État… mais aussi le marché ?

  • Laurent Ortalda, Responsable du pôle petite enfance, Cnaf ; Philippe Dupuy, Directeur du pôle CEPP (Collectif Enfants Parents Professionnels) à l’Acepp

Animation : Eric Riederer, Conseiller technique, Uniopss ; Flore Chalayer, Conseillère technique Animation territoriale - Lutte contre les exclusions - Enfance/Famille, Uriopss Auvergne-Rhône-Alpes


7 - L’hébergement inconditionnel des personnes en situation d’urgence : un principe non négociable !

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

L’accueil inconditionnel en structure d’hébergement d’urgence est inscrit dans la loi. Ce principe vise à ce que toute personne confrontée à de « graves difficultés, notamment économiques, familiales, de logement, de santé ou d’insertion » puisse être  admise dans un CHRS jusqu’à ce qu’elle puisse « accéder ou  recouvrer son autonomie personnelle et sociale ».
Ce principe, incontournable pour les associations de solidarité, est mis à mal ces derniers temps. L’Uniopss, par la voix de son Président, s’est fait le porte-parole des associations pour rappeler aux pouvoirs publics que certaines valeurs ne peuvent être oubliées. En quoi, le renoncement à ce principe est  dangereux non seulement pour les personnes accueillies mais aussi au  regard de notre conception de la solidarité ?

  • Bruno Morel, Directeur Général, Emmaüs Solidarité

Animation : Manon Jullien, Conseillère technique, Uniopss


8 - Mineurs non accompagnés : des jeunes à protéger !

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Au cœur des préoccupations nationales et locales, et de dispositifs et de réglementations complexes, l’accueil, l’évaluation,  l’accompagnement des « mineurs non-accompagnés » sont à la croisée d’une multitude d’enjeux et de problématiques.
Ces missions  engagent la compétence de nombreux acteurs,  tant au niveau  des services de l’État, des conseils départementaux,  de l’Éducation nationale, de la justice, que des  associations  et professionnels de santé, du social, du médico-social.
Un accompagnement au titre de la protection de l’enfance, dans le respect des engagements internationaux de la France, avec une prise en compte des besoins et des droits  fondamentaux de ces enfants mineurs non accompagnés,  requiert des coopérations interinstitutionnelles et pluridisci- plinaires à tous les niveaux.
Ce sujet d’une actualité brûlante permettra également de faire le point sur les dernières décisions gouvernementales, dans la suite des différents consultations et groupes de travail.    
Cette agora illustrera par un ou deux témoignages, cette réalité de mise en œuvre ainsi que des enjeux auxquels chacun des  acteurs dans la légitimité des places doit faire face.

  • Christian Boissel, Directeur d’établissement (association l’Etape) ; Bénédicte Jacquey-Vazquez, inspectrice générale des affaires sociales, IGAS.

Animation : Anne Postic, Directrice de l’Uriopss Pays-de-la-Loire

 


9 - Les enjeux de l’évolution du travail social

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Réformes, lois et décrets ont modifié le contexte de l’inter-vention sociale et de l’accompagnement. C’est la conception de la solidarité publique qui a évolué et le cadre associatif (employant une grande partie des travailleurs sociaux) est bouleversé par ces changements imprégnés de tensions  sociales, économiques et politiques.
Dans ce contexte, la mise en perspective des enjeux et des méthodes concernant le travail social face à l’exclusion est difficile. Et ces changements modifient les pratiques profes-sionnelles et la formation dans un espace où la coopération constitue la base des échanges nécessaires à la réalisation de « l’aller vers » et du « travailler avec », à la construction du parcours de vie de chacun, processus où les associations ont une place particulière et centrale.

  • Roland Janvier, Vice-président et administrateur de l’Uriopss Bretagne, Directeur Général de la Fondation Massé-Trévidy ; intervention sur la pair-aidance

Animation : Isabelle Léomant, Conseillère technique, Uniopss


10 - Associations et collectivités publiques

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

En 2014, était signée la Charte des engagements réciproques entre l’État, le Mouvement associatif et les collectivités  territoriales, pour mieux reconnaître la vie associative et  développer une coopération tripartite au service de l’intérêt général. Cette Charte devait déboucher sur l’amélioration du dialogue civil et social, l’approfondissement démocratique, la création de richesses économiques, sociales et culturelles et le développement de l’économie sociale et solidaire.
Où est-on aujourd’hui dans le champ de  la santé, du social et du médico-social ? Alors que le gouvernement affirme la place de l’ESS dans un « pacte de croissance » pour concilier performance économique et intérêt général, les associations ne sont-elles pas désormais à cheval sur deux logiques, avec d’un côté une  commande publique rénovée (marchés, appels d’offre, investissement social et mesure d’impact social) et de  l’autre une régulation de l’offre transformée (le pilotage des établissements et services  progressivement repensé autour du droit des personnes puis  remodelé dans la logique des parcours) ?
Entre ces deux courants qui semblent curieusement conjuguer une logique néo-marchande et une logique néo-tutélaire, comment bâtir une politique associative ? Comment tabler sur des dynamiques collectives constructives pour approfondir le mouvement de transformation des établissements et services et leur adéquation aux besoins sociaux ?

  • Patricia Sitruk, Directrice générale de l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants) ; Céline Marival, Chargée d’études CREAI Paca et Corse (Centre interrégional d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité), membre associé LEST-CNRS.

Animation :  Séverine Dupont-Darras, Directrice de l’Uriopss Hauts-de-France Picardie


11 - L’accueil des demandeurs d’asile : être à la hauteur des principes républicains !

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Que faire à partir des constats inquiétants sur l’évolution de  l’accueil des étrangers en France, en particulier sur le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile et sur le rôle de plus en plus  difficile des associations de solidarité ? On constate en effet la dégradation des conditions d’accueil, peu respectueuses de  l’intimité et de la dignité proposées aux migrants, ainsi que la multiplication des actions des pouvoirs publics à l’encontre de leur installation, sans même assurer l’accès aux prestations  humanitaires et aux droits fondamentaux des personnes. Cette agora permettra d’affiner les constats et les actions possibles face à cet enjeu central pour la cohésion sociale.

  • Jean-Claude Barbier, Directeur de recherche au CNRS ; Sociologue ; Olivier Giraud, Directeur de recherche au CNRS,  co-directeur du LISE – CNAM à Paris ; Pascal Brice, Directeur général OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides).

Animation : Géraldine Meyer, Directrice de l’Uriopss PACA-Corse


12 - Les nouveaux outils comptables (EPRD) et de gestion (CPOM) : une nouvelle organisation de la gouvernance associative ?

Temps 1
Le 04/04/2018 de 15h00 à 16h30

Les nouveaux outils comptables que sont l’EPRD, de gestion (CPOM) et de régulation induisent de nouveaux modes de relations avec les pouvoirs publics. La question de la liberté contractuelle des associations et de leur capacité d’innova-tion se pose. Cette impression est renforcée par la généralisation des appels à projets qui laissent de moins en moins de place à l’initiative et à l’expérimentation.

  • Raquel Secades, Directrice générale Entraide Universitaire

Animation : Marie-Pierre Quiblier, Chef de projets Accompagnements, Ressources économiques, gestion-tarification, Uriopss Auvergne Rhône-Alpes


13 - Les gouvernances associatives en question : de la stratégie à la pratique

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Le projet associatif forme la quintessence de ce qui réunit les membres d’une association, transcendant les actions et  messages de la structure en un projet politique porteur de valeurs de société. La gouvernance, quant à elle, consiste en l’ensemble des mécanismes permettant un alignement du fonctionnement de l’organisation sur les objectifs et les valeurs du projet associatif. Comment, dès lors, s’interroger sur sa gouvernance tout en  retravaillant son projet associatif ? Comment favoriser la participation de toutes les parties prenantes du projet pour dynamiser, renouveler, vitaliser la gouvernance ?
Pour construire ses propres réponses, l’association peut s’approprier des outils d’auto-accompagnement et/ou se faire accompagner par un tiers.  L’agora permettra d’échanger sur une boîte à outils travaillée par l’Uniopss et ses adhérents et directement mobilisable par les organisations. En complément, l’accompagnement par un dispositif sectoriel, territorial ou thématique peut  favoriser la dynamique du modèle associatif de solidarité.

  • Cathy Bellec, Conseillère technique stratégies associatives, Uriopss Pays-de-la Loire

Animation : Morgane Dor, Conseillère technique, Uniopss ; Alexandre Ramolet, Chargé de mission, Centre de Ressources DLA social, médico-social et santé.


14 - La digitalisation de la formation : quels changements pour quelles adaptations ?

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

La montée du digital dans les méthodes d’apprentissage transforme considérablement les manières de concevoir et d’animer les formations, qu’elles soient initiales ou entrant dans le champ de la formation professionnelle continue. Cette révolution numérique déjà bien engagée demande aux formateurs, aux stagiaires et aux responsables formation de grandes adaptations, voire de véritables changements de postures. Par des témoignages et des mises en pratique, l’objectif de cette agora est de partager différents points de vue sur le digital et la formation, afin d’ouvrir des perspec-tives sur un phénomène devenu incontournable.

  • Valérie Toutin-Lasri, Responsable du pôle ingénierie Direction de la Formation, Croix-Rouge Francaise ; Olivier PHELIP, Directeur général adjoint, Uniformation

Animation : Lucas David, Chargé de mission Développement de la formation, Uniopss


15 - Transition énergétique et environnementale : quelles opportunités de financement et d’actions durables pour les acteurs associatifs ?

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Cette agora permet de découvrir les démarches innovantes de deux acteurs publics, la Caisse des Dépôts et l’ADEME, pour  accompagner des projets de transition énergétique et environnementale auprès des opérateurs à but non lucratif. La Caisse des Dépôts expliquera comment elle peut aider financièrement, via des prêts, des acteurs du logement ou de l’hébergement à se lancer dans des travaux de rénovation énergétique. Elle évoquera également un dispositif de cofinancement innovant (intracting) permettant aux acteurs de la santé de rentabiliser rapidement les travaux d’efficacité énergétique. De son côté, l’ADEME évoquera l’expérimentation Santé Témoin, visant à démontrer les actions concrètes en termes d’économie circulaire dans les établissements de santé et du médico-social.
Acteurs du logement, de l’hébergement, de la santé et du secteur des personnes âgées… venez échanger avec vos financeurs potentiels et vos collègues déjà inscrits dans ces démarches.

  • Marlène Dresch, ADEME ; deux représentants de la Caisse des Dépôts ; Cécile Deschamps, SOLIHA ; Caroline Joveneaux (AJH).

Animation : Joaquim Soares, Président du groupe Prévention Hébergement Logement de l’Uniopss


16 - Comment attirer et impliquer les jeunes dans son projet associatif ?

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

L’intégration des jeunes est un enjeu majeur du renouvel-lement des forces vives, dans un contexte de mutations de l’engagement. Malgré les représentations, le désir d’enga-gement des jeunes augmente et certains dispositifs (service civique, année de césure, statut du responsable associatif étudiant) facilitent sa concrétisation. Pour autant, le pas-sage à l’action ne va pas de soi : comment accompagner ce désir d’engagement ? Comment adapter le fonctionnement et la gouvernance associative à la volonté d’implication de ces jeunes ? Cette agora mettra en exergue des bonnes pra-tiques identifiées parmi nos adhérents.

  • Emmanuel Curis, Chargé de Projet Réseaux Jeunes, Secours Catholique

Animation : Myriam Bourgeois-Etienne, Chargée de mission Service Civique, Uniopss


17 - Les apports de la co-construction à la question de l’évaluation d’impact social : présentation du projet VISES

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Souvent cantonnée à la notion de coût, l’action sociale et médico-sociale est pourtant génératrice de nombreuses richesses. Pour valoriser cet apport de l’ESS aux territoires et à leurs  habitants, l’Uriopss Hauts-de-France a souhaité s’engager avec 20 autres partenaires dans le projet VISES – « Valorisation de  l’Impact Social de l’Entreprenariat Social ».
Ce projet de recherche-action, transfrontalier avec la Belgique, a pour but de co-construire un dispositif de valorisation de l’impact social concret et adapté aux entreprises sociales, en collaboration avec des chercheurs, des acteurs de terrain et réseaux de l’ESS. L’Uriopss Hauts-de-France souhaite partager cette expérience, en apportant le regard d’une structure adhérente engagée dans la démarche ainsi que d’un chercheur associé sur les apports de la co-construction à la question de l’évaluation d’impact social.

  • Un chercheur de l’université de Liège ; Marion Studer, Chargée d’accompagnement VISE pour l’APES ; Christine Aubourg, Directrice d’Innovation & développement et de la boutique Nouvoulook, participant au projet VISES

Animation : Gilles Atmeare, Directeur adjoint, Uriopss Hauts-de-France - Nord-Pas-de-Calais et responsable du secteur Personnes en situation de handicap


18 - Moderniser et adapter les systèmes d’information des établissements et services médico-sociaux : diagnostic et perspectives

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Disposer de systèmes d’information performants pour apporter des réponses fluides et adaptées aux besoins des personnes, est aujourd’hui en enjeu majeur pour les établissements et services médico-sociaux. Comment faire un diagnostic ? Quels sont les besoins des ESMS sur cette problématique (aides à la formation, appui opérationnel, matériel…) ? Quelles perspectives notamment financières, mais aussi en termes d’accompagnement (des professionnels, des institutions) ? Cette agora apportera des  réponses concrètes à ces questions.

  • Pauline Sassard, Chef de projet ANAP ; Bruno Chesneau, Directeur SESSAD–CAMSP, les PEP 18

Animation : Claire Dubien, Responsable des partenariats, ADB Solidatech


19 - Les innovations associatives : réalités et transformation ?

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Le projet d’un « accélérateur de l’innovation » remet en lumière un enjeu récurrent : comment favoriser le développement de l’innovation sans tomber dans le piège de la normalisation, comment la financer, comment pérenniser les projets après leur émergence ? Plus fondamentalement, se pose aussi la question de la prise en compte des différentes sphères potentielles de l’innovation –  sociale, économique, technologique, démocratique – dont la conjugaison est un marqueur de l’identité associative.

  • Christophe Vernier, Secrétaire général de la Fondation du Crédit Coopératif ; Pierrette Bouchard, responsable Développement - Association MESSIDOR (lyon) ; Jean-Luc Cousineau, Directeur de l’Association CORDIA (Paris 20e).

Animation : Catherine Humbert, Directrice de l’Uriopss Alsace


20 - Minimas sociaux en Europe : quel devenir ?

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Lors du sommet social de Göteborg de novembre 2017, les dirigeants européens ont rappelé que « Le moment est venu pour une Europe sociale ». Force est de constater qu’il n’est plus viable de développer une politique sociale nationale sans prendre en compte la perspective européenne. Dans ce contexte, la question d’un  revenu minimum dans les États de l’Union Européenne prend une place centrale. Dans le cadre du projet européen EMIN, l’Uriopss Hauts-de-France souhaite ouvrir le débat sur ce que signifierait mettre en place un revenu minimum (ou système de revenus)  accessible, adéquat et habilitant dans les États de l’UE. À terme, il s’agirait d’aboutir à une directive aux États membres. Cette agora sera l’occasion d’engager cette démarche de mobilisation des membres de la société civile vers une compréhension et une vision partagées sur la question des minimas sociaux en Europe.

  • Guy Janvier, Président d’EAPN France ; Richard Delplanque, membre du CA d’EAPN France, expérience au sein du CCPA (Conseil Consultatif des Personnes Accueillies)

Animation : Jean-Pierre Bultez, EAPN France ; Salomé Lenglet, Uriopss Hauts-de-France.


21 - L’Uniopss : une histoire à la portée de tous !

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Récemment, l’Uniopss a fêté ses 70 ans d’existence. A cette  occasion, un module historique a vu le jour, permettant de  résumer son histoire en dix minutes ; mais il fallait aller plus  loin. C’est la raison pour laquelle, les équipes de l’Union, en partenariat avec la Société Générale et Chorum, ont souhaité produire un web documentaire permettant de prendre la mesure en  profondeur de la très riche histoire de l’Uniopss. Composé de nombreux documents, vidéos, archives et témoignages, avec  une entrée secteur par secteur, cet outil interactif permet de  comprendre l’impact de l’Uniopss sur les politiques sociales, mais également sur la structuration du monde de la solidarité. Cette agora, animée conjointement par Antoine Janbon, chef du projet 70 ans de l’Uniopss, Brieuc Du Bot, responsable de l’animation des partenariats à la Société Générale et un représentant de Chorum, présentera cet outil nouvelle génération. Les intervenants reviendront sur ses objectifs, procèderont à quelques démonstrations d’utilisation et répondront aux questions du public.

  • Antoine Janbon, Chef du projet « 70 ans de l’Uniopss » ; Brieuc Du Bot, Responsable de l’animation des partenariats à la Société Générale ; Brigitte Lesot, directrice générale de Chorum.

22 - Immersion dans la justice des mineurs : participez à une reconstitution d’audience !

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Dans le cadre de la promotion de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), la Maison des droits de l’Enfant de Touraine, service de la Fondation Verdier, vous propose une  reconstitution d’audience du tribunal pour enfants, en partenariat avec l’Ordre des avocats du Barreau de Tours et de la commission des avocats de Mineurs. Des avocats joueront leur propre rôle et celui de magistrats. Des enfants endosseront le rôle de l’auteur des faits et de sa victime. Assesseurs, greffier, huissier et éducateur feront partie de la distribution. L’idée  : reconstituer, à partir d’un véritable dossier, une audience du tribunal pour enfants afin d’expliquer que les enfants ont le droit à une justice spécifique, que ne pas respecter la loi entraîne une sanction et qu’une victime a des droits. Le tout, en expliquant les notions et les termes.

La Maison des Droits de l’Enfant de Touraine intervient depuis 7 ans maintenant auprès des collégiens et des lycéens pour les sensibiliser à la justice des mineurs et ce sont plus de 7 000 enfants qui ont pu bénéficier de cette action citoyenne.

Animation : Benoit Fiaud, Coordinateur Maison des Droits de l’Enfant de Tourain


23 - Finances départementales : entre contraintes et accroissement des besoins sociaux

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Présentation de l’action sociale dans les finances départementales sur une longue période, projection de graphiques et cartes pour  visualiser les fortes disparités entre territoires. Une équation financière à résoudre sur les 4 grandes politiques d’action sociale : Insertion, Personnes Agées, Personnes Handicapées, Aide à l’enfance.

  • Leticia Hachem, Responsable d’études, La Banque Postale ; Didier Lesueur, Délégué général adjoint de l’ODAS

Animation : Maximilien Veillas, Responsable Marché Santé de La Banque Postale ; Thomas Dubois, Directeur de l’Uriopss Champagne-Ardenne.


24 - « Mon observatoire du développement durable » pour les structures sanitaires, médico-sociales et sociales

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

L’Uniopss a participé à toutes les étapes de la mise en place de « Mon Observatoire du Développement Durable », élaboré avec l’Anap et des fédérations du secteur afin de restituer des indicateurs chiffrés et non chiffrés pour apprécier la maturité des structures au niveau des axes gouvernance, sociétal, social, environnemental, achats responsables et axe économique.
La première campagne de collecte, réalisée en ligne de juin à  septembre 2017, a permis à l’Anap de publier un premier rapport d’analyse à partir des résultats des répondants issus des secteurs sanitaire, social et médico-social, présentant les résultats détaillés et les enseignements sur tous les enjeux du Développement Durable, les engagement des structures principalement dans des démarches de RSE et d’identifier des pistes d’amélioration par un plan d’actions personnalisé et des ressources utiles à la mise en œuvre de ces actions. En vue de la deuxième collecte, l’Anap viendra présenter l’observatoire et une association témoignera de sa participation à cette première étape.

  • Benjamin Lemoine, Chef de projet à l’Anap ; Témoignage de l’association Accueil et Relais

Animation : Isabelle Léomant, Conseillère technique, Uniopss


25 - Les nouveaux dispositifs d’accompagnement concourant à la transformation de l’offre

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

De manière opérationnelle, on entend par la transformation de l’offre sociale et médico-sociale, toute action visant à la rendre plus inclusive, plus souple et plus adaptée à la prise en compte des situations individuelles, notamment complexes, dans un objectif de fluidification des parcours. De nouveaux dispositifs ont été créés ou reconnus afin de faciliter les parcours des personnes et compléter la palette de l’offre dans les différents dimensions  de la vie : scolarisation, emploi, accompagnement. En axant cet échange sur les nouveaux dispositifs d’accompagnements comme le fonctionnement en dispositif ITEP (DITEP) et les pôles de  compétences et de prestations externalisées (PCPE) issus de la démarche « une réponse accompagnée pour tous », l’objectif de cette agora est d’échanger sur ces pratiques innovantes, de mieux cerner leurs atouts, leurs complexités et d’en préciser les  périmètres et les enjeux.

  • Jean-Pierre Berçon, Directeur de Félix-Jean-Marchais (Mayenne 53) et administrateur de l’AIRe ; Vincent Moreau, Directeur général, AD PEP 28 (Eure-et-Loir)

Animation : Gwenaëlle Sébilo, Conseillère technique, Uniopss


26 - Réduire les risques liés à l’alcool dans les structures d’hébergement

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

L’Anpaa et Emmaüs Solidarité ont expérimenté, en Ile-de-France, une démarche de réduction des risques liés à l’alcool intitulée : « De l’interdiction de l’alcool au sein d’un CHRS à une auto- risation encadrée ». Cette agora sera l’occasion de présenter  cette approche innovante et de débattre ensuite des possibilités de déclinaison de celle-ci dans les structures d’hébergement (CHRS, HU…). D’autres expériences, menées dans la région Centre-Val de Loire seront également présentées.

  • Alice Lanquette, Animatrice de prévention, ANPAA 75 ; Souleymane Ba, Chef de service, Emmaüs Solidarité - CHRS Georges Dunand

Animation : Mohammed Lounadi, Directeur de l’Anpaa en Centre-Val de Loire


27 - Pour accompagner le changement humain : promouvoir et développer la médiation conventionnelle

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Le secteur de la santé et des solidarités connaît une période de  transition génératrice de nombreuses tensions qui peuvent compromettre la réussite de projets ou générer des conflits, au sein des organisations, entre les acteurs ou avec leur environnement.
Les associations sont bousculées dans leur éthique et dans leur  pratique par un contexte de transformation quantitative et qualitative des besoins sociaux, de modifications de l’implication de l’État et des collectives locales, et de raréfaction des ressources  financières. La spécificité de leurs rapports sociaux est également bousculée par les mutations des modes de régulation et les évolu-tions des parties prenantes au projet associatif. Dans ce contexte, l’Uriopss Ile-de-France a eu la volonté de mettre à la disposition des associations et fondations intervenant dans les secteurs santé et solidarité, un nouvel outil de gestion et d’apaisement des tensions pour concrétiser des projets (par exemple en matière de coopération) et régler des conflits (action préventive ou curative) : un Centre de Médiation Conventionnelle (www.centre mediation-uriopss.net) a ainsi été lancé le 13 octobre 2016. Venez échanger avec des acteurs et participer au déploiement de ce projet innovant.

  • Marianne Debré, médiatrice ; Pierre Marcenac, Trésorier de la Fondation Abbé Pierre ; témoignages de bénéficiaires et de partenaires

Animation : Sabine Esnault, Conseillère technique, Uriopss Ile-de-France


28 - Renforcer les fonds propres du secteur de l’ESS, comment mobiliser des ressources ?

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Dans un contexte de raréfaction des financements publics,  couplés à une croissance importante des besoins sociaux, la loi ESS de 2014 offre la possibilité aux associations de bénéficier de nouveaux outils de financement en fonds propres et quasi fonds propres, pour notamment optimiser  leur capacité de développement et d’innovation. Il s’agit donc de mobiliser des fonds privés, non pas en substitution des fonds publics mais bien en complément. Il existe aujourd’hui plusieurs  modalités d’intervention : le titre associatif et/ou l’émission de valeurs mobilières telles que des obligations et/ou d’effets de commerce tels que des billets à ordre. Si la structure émettrice est éligible à l’agrément ESUS  (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale), celle-ci peut bénéficier  de la ressource issue des circuits de l’épargne salariale solidaire, mis en place, depuis quelque temps, pour les PERCO et  PEE  dernièrement… Cette agora sera l’occasion d’en savoir plus sur ces nouveaux dispositifs. Les intervenants partageront avec vous les meilleures pratiques constatées et des exemples réussis et duplicables.

  • Jacques Prieto, Conseiller technique, Uriopss Centre ; Aurélien Daunay, Directeur administratif et financier, ACTED ; Guillaume de Vauxmoret, gérant de fonds solidaires, Ecofi Investissement

Animation : Valérie Vitton, Directrice des financements et conseils spécialisés du Crédit Coopératif


29 - Prospective et intelligence collective au cœur de la démarche de projet

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Dans un environnement potentiellement déstabilisateur, une pratique volontariste, inventive et rigoureuse de la prospective permet de remettre en perspective les projets des associations. Inscrites au croisement d’une démarche prospective humaniste et du courant de l’intelligence collective et coopérative, les  expériences menées dans le réseau Uniopss-Uriopss - processus collectifs, formations, accompagnement - permettent de mieux cerner les potentiels de la prospective pour affirmer une  politique associative.

  • Marion Montessuy, Directrice générale de l’association Voir Ensemble ; Frédéric Weber, formateur, membre du comité technique et scientifique de l’Espace Recherche et Prospective

Animation : Christine Chognot, Adjointe au directeur général et Responsable de la mission de Prospective, Uniopss


30 - Comment les associations peuvent participer à la construction d’une justice moderne ?

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

La justice française est au carrefour d’un ensemble de politiques publiques qui peut concerner bien évidemment la sécurité, mais aussi l’immigration, la santé, l’hébergement, la formation, l’éducation.

Elle est souvent décriée pour sa lenteur, sa complexité et ses codes, ses décisions non exécutées… Pour les mineurs, on constate que l’empilement des réformes de l’Ordonnance de 45 a constitué un mille-feuille illisible et confus pour la société, les jeunes et leur famille. Pour les majeurs, les alternatives aux poursuites, qui constituent une réponse à de très nombreuses infractions, sont un enjeu majeur en termes de gestion des infractions du quotidien et de crédibilité de la réponse pénale. S’agissant de l’exécution des peines, dans un contexte d’inflation carcérale, on ne  peut que constater que la prison ne remplit pas sa mission d’insertion.

Comment, dans ce contexte, les associations peuvent-elles contribuer à l’amélioration d’un système qui parait à bout de souffle ? Comment peuvent-elles participer à la réduction des inégalités et au vivre ensemble ? Quelle place peuvent-elles prendre afin de rendre la justice du quotidien plus efficace ? Et quelles propositions doivent-elles défendre, dans l’objectif d’une justice de qualité au service d’une démocratie vivante ?

  •  Jeanne Clavel, Présidente de la commission Justice des Enfants et des Adolescents – Citoyens et Justice

Animation : Géraldine Duchemin, Présidente de la Commission Pré sententielle et Brigitte Rialland, administratrice, Citoyens et Justice


31 - Mobiliser et accompagner l’encadrement de proximité pour développer la qualité de vie des salariés

Temps 2
Le 05/04/2018 de 11h15 à 12h30

Depuis plusieurs années, dans l’ESS, la qualité de vie au travail ressentie par les salariés se dégrade. Ce phénomène est à mettre en lien avec les évolutions du contexte : vieillissement des usagers, diminution des financements publics, fortes attentes sociales, exigences institutionnelles accrues, etc. La santé des salariés s’en ressent. Comment agir ? Le rôle de l’encadrement de proximité est essentiel. Cependant, les encadrants sont eux-mêmes sujets à des contraintes très fortes. Il s’agit donc de les associer aux solutions à mettre en œuvre. CIDES, le centre de ressources et d’action de Chorum, présentera des expérimentations et outils pratiques visant à développer des approches et des outils adaptés à nos secteurs d’activité.

  • Magali Ollier, Chargée de mission Prévention et Santé au Travail, Chorum ; Caroline Gaches Bourgeois, Directrice administrative et financière, Uniopss

Programme du Congrès Manifeste du Congrès Informations pratiques Hébergement
Mon compte

Nos partenaires
Avec le concours de